Michel SEBASTIEN n’est plus

201202012112.jpg

Publié le 01/10/2016 à 03:54, Mis à jour le 01/10/2016 à 09:36

http://www.ladepeche.fr/article/2016/10/01/2430166-il-avait-l-ariege-et-les-pyrenees-au-coeur.html

Il avait l’Ariège et les Pyrénées au cœur !

Michel Sébastien nous a quittés

C’est une nouvelle qui laisse sans voix ! Hier matin, on apprenait à Pamiers que Michel Sébastien était décédé la veille au soir, subitement, à l’âge de 79 ans. Michel Sébastien, c’était une voix de l’Ariège, une des premières voix, un défenseur inlassable de son département, de ses Pyrénées, auxquelles il avait consacré sa vie.

Michel était un homme-orchestre, aux multiples talents, géographe, écrivain, conteur, sportif, pédagogue, avec en fond d’écran, encore et toujours son pays, l’Ariège. Retraité très actif, ancien professeur d’histoire et géographie, chargé de mission à l’IUFM Foix, et chargé de cours à l’université de Toulouse-Mirail, ce visionnaire fut également l’initiateur du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, et entre autres initiatives, à la base de la réintroduction du bouquetin dans nos montagnes.

Car d’abord, Michel Sébastien était un montagnard. Ses montagnes des Pyrénées, il les grimpait à vive allure, au rythme de simples enjambées. Avec ses amis de l’ACP, entre autres associations où il adhérait, Michel Sébastien avalait les sommets, les kilomètres des courses amicales, et les circuits solidaires pour les bonnes œuvres.

Chez nous, à «La Dépêche du Midi», Michel était notre ami, notre «Grenouille» qui tous les mois nous livrait son étude météo (Il collaborait avec notre titre depuis plus de 40 ans !). Il était surtout, aussi, celui qui passait presque tous les matins à l’agence, avec qui l’on débattait des choses du monde ou de la vie comme elle va. Il avait le sens de l’humain, de l’amitié, il avait l’humour gentil et à presque 80 ans, il était toujours émerveillé par le monde, et croyait profondément à l’homme à sa capacité de résilience.

Michel Sébastien aimait aussi mère Nature, avec la foi d’un croyant, confiant à la terre les espoirs de la vie qu’elle offre et qu’elle porte. Il se disait «écologue», refusant les oukases écologistes, cherchant sur les chemins de la raison, les voies et moyens de concilier l’homme et son environnement. Tel un pèlerin, il donnait ses conférences, toujours en lien avec la nature, l’environnement, la géographie.

On le plaisantait : il avait ses marottes, il se dépensait actuellement pour expliquer à ses contemporains que le climat changeait aussi chez nous, et se teintait des couleurs et de l’air méditerranéen. On le moquait, là-dessus.

Hé bien voilà, on ne le moquera plus. On a plus envie de se moquer. Parce cette blague, elle n’est pas marrante du tout. Dimanche, sur la place de la République, à Pamiers il va manquer un homme et son vélo, il va manquer à tous, à Pamiers, à Saint-Jean-du-Falga, à l’Ariège.

Cet homme c’est Michel Sébastien. Nous perdons un ami, un vrai, quelqu’un qui ne demandait rien d’autre en échange de sa main tendue, que l’amitié. Nous la lui conservons, par-delà la mort.

Les obsèques de Michel Sébastien auront lieu lundi, à 14 heures, à Saint-Jean-du-Falga.

J.-Ph. C.