RÉUNION DU COLLECTIF TNE OCCITANIE ENVIRONNEMENT À ALBI LE 13 JANVIER 2018

LOGO MONTSEGUR 2

Dans le tour de table nous avons développé la situation du Pays des Pyrénées Cathares (Territoires de Pamiers, Mirepoix, Laroque d’Olmes et Lavelanet).

Notre association : C’est en décembre 2011 que nous avons décidé de créer immédiatement une association en Pays Cathare quand nous avons perçu ce qu’allait être le SRE. Dès l’origine l’association a été animée par une majorité d’élus et d’acteurs économiques donc des prescripteurs d’opinion. Nous avons immédiatement encouragé tous les riverains des projets qui s’annonçaient à créer eux aussi une association locale afin d’être en cas de besoin suffisamment antérieure au projet pour pouvoir ester en justice. Aujourd’hui il y a quatre associations ariégeoises, une association haut-garonnaise et une association audoise (du Chalabrais) réunies dans la fédération « Défense du Cadre de Vie en Pays Cathare » qui représente environ 800 adhérents.

Situation actuelle : aucune éolienne en Ariège. Des projets ont été bloqués au niveau permis de construire et/ou permis d’exploiter par le préfet pour des motifs de proximité aéroportuaire avec Pamiers les Pujols ou pour la démesure de ces installations dans un contexte de sites remarquables (Montségur) et l’impact négatif sur l’économie touristique.

C’est un résultat de l’action de communication que nous avons menée auprès des conseils municipaux et des autorités départementales.

Contexte politique départemental et communal : Le SRE annexe au SRCAE de juin 2012 listait les 84 communes de l’Ariège réputées favorables à l’implantation d’éoliennes. Dans notre territoire du Pays Cathare 19 communes listées avaient été abordées par des porteurs de projets. Nous avons mené une action d’information des municipalités soit en séance de conseil invités comme experts tenant d’un point de vue opposés après avoir reçu les promoteurs, soit en séance publique organisée par le maire pour une information contradictoire face au promoteur. Nous avons ainsi fait basculer 12 des 19 municipalités dont la ville centre Mirepoix.

Nos membres HAE, de Haute Garonne sont moins heureux car le promoteur a convaincu la municipalité de Cintegabelle mais les éoliennes impacteront les habitants de quatre villages de l’Ariège mitoyens. Néanmoins ils mènent, comme leurs représentants l’ont dit, des actions puissantes, envahissement du conseil municipal et déclaration, vide greniers anti éolien, etc.

Nous avons aussi mené un lobbying important auprès de l’intercommunalité afin que le président qui ne souhaitait pas engager un débat clivant adopte la position que nous avons fait partager à la majorité des maires investis dans l’exécutif communautaire.

Par les voies politiques nous avons aussi touché le conseil départemental qui, s’il n’a pas la compétence sur le développement des énergies renouvelables se trouve obligé d’en parler dans le cadre de sa compétence économique. Il a donc demandé au Conseil économique social et environnemental  départemental de conduire un atelier sur les énergies renouvelables. Notre action auprès de cet atelier (à l’intérieur et à l’extérieur vers ses membres) a conduit à une valorisation de toutes les ENr et pas uniquement de l’éolien qui en définitive apparait comme la dernière des filières à soutenir.

Nous avons fait aussi un gros travail d’information et de communication auprès de la population, et des professionnels du tourisme en particulier. Nous animons une page Facebook, « éolien cathare 09 » qui nous permet d’échanger des informations importantes avec d’autres associations ayant les mêmes problèmes, et par là même d’être une source d’idées et de réflexion.

La méthanisation, la filière bois (chaufferies industrielles et chauffage bâtiments publics), l’accroissement de la production hydroélectrique et le solaire thermique sont les principales filières dans lesquelles le CESEA voit des perspectives, l’éolien de par son caractère intermittent aléatoire, et son poids sur la CSPE pour les consommateurs d’électricité, n’est pas intéressant.

A noter que le CESEA a également mis l’accent à notre demande sur l’autoconsommation plutôt que sur la revente intégrale au réseau électrique pour la filière photovoltaïque.

 o O o

 Suggestion pour le groupe énergie : nous avons suggéré que l’on exprime plus nettement la priorité à l’autoconsommation des ENr qui privilégie évidemment les sources diffuses comme le photovoltaïque en toiture, et qui disqualifie l’éolien industriel et financier.

Nous avons également souhaité que nous, en Occitanie, nous exprimions que le solaire est disponible en grande quantité et qu’au travers du thermique il résout la question du stockage puisqu’il passe par un fluide liquide (l’eau sanitaire à minima).

La question du stockage de l’électricité est en effet le problème majeur des ENr aléatoires intermittentes comme l’éolien et le photovoltaïque. (Notre camarade s’appuyait sur les perspectives de la recherche mais elles ne me paraissent pas réalisables à la même échéance que la réduction à 50% de la production électronucléaire)